Banks, un ange démoniaque.

 

Son nom est Banks. Cette jeune américaine au visage d'ange et originaire de Los Angeles vient de dévoiler au public deux morceaux sombres mais néanmoins prodigieux. 

 

Fabuleuse autodidacte, Banks a révélé la semaine passée un deuxième morceau extrêmement bouleversant, à savoir "Fall over". C'est précisément ce titre qui a attiré notre attention sur cette jeune artiste à l'univers très lugubre. Cette grande déchéance est d'ailleurs tout de suite décelable à travers l'intitulé de ce dernier morceau diffusé, qui signifie concrètement "tomber". L'esthète nous permet effectivement de chuter dans un sentiment de tristesse à l'aide d'une mélodie animée par les synthétiseurs et d'une voix surpuissante révélatrice d'un profond désespoir parfaitement maîtrisé. 

 

Par ailleurs, le morceau "Before I ever met you" - premier titre de l'artiste diffusé sur la toile - véhicule une nouvelle fois parfaitement l'environnement de Banks. Il fait preuve, qui plus est, d'une fragilité exprimée non seulement à travers le refrain - "Before I ever met you, I never knew I could be broken in so many ways" - mais aussi avec une mélodie presque fantomatique, traduite par les choeurs ainsi que par l'échos de la voix de Banks. Celle-ci est donc une véritable créature issue de la mythologie grecque alliant d'un côté, la sagesse d'un ange et de l'autre le côté obscur du diable. Ce côté diabolique est amplifié par un patronyme aux couleurs du très décrié capitalisme contrastant parfaitement avec le doux visage de Banks. 

 

Cette façon de faire ressentir de tels sentiments est foncièrement semblable à celle d'une autre compositrice américaine, Poliça. Dans le titre "Lay your cards" mais aussi dans "Wandering Star", les sonorités sont sensiblement identiques avec le synthétiseur comme instrument phare reproduisant une atmosphère pesante mais toutefois poétique.

 

Finalement, cet univers musical reflète une absolue sincérité, voire même presque la naïveté de Banks, pourtant si touchante. Sur sa page facebook, celle-ci précise ne pas être forcément à l'aise avec la communication des réseaux sociaux mais y est contrainte dans une simple logique marketing. Ainsi, pour en quelque sorte se faire pardonner, elle y mentionne son numéro de téléphone personnel auquel chacun d'entre nous pouvons la joindre dans le but de communiquer sur son travail.

 

Quoi qu'il en soit, Banks demeure un véritable ange dans un monde de démon qu'il faudra incontestablement suivre en cette année 2013, d'autant plus que son premier EP devrait sortir très prochainement sous le label IAMSOUND RECORDS, célèbre pour avoir notamment découvert les diaboliques MSMR. Banks inscrira donc peut-être à l'avenir son nom sur le démoniaque Walk of Fame de Los Angeles... 

 

NK